Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 19:16
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 19:07
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 14:49

L'esprit de combat

Ce soir, je voudrais parler d'un esprit que le Seigneur veut nous voir manifester, c'est un esprit de combat ; parce qu'on ne peut pas combattre de n'importe quelle manière. Vous rappelez-vous comment, dans le livre de Josué, le peuple est allé au combat ? Il a fallu toute une préparation. D'abord, ils étaient passés par l'expérience douloureuse du désert. Ils avaient franchi le Jourdain qui est le symbole de la mort à soi et de la renaissance à la vie nouvelle ; et puis il avait fallu qu'ils soient circoncis à Guilgal, qu'ils se préparent au combat qui allait avoir lieu. Donc, ils ne l'ont pas fait n'importe comment.

Ils devaient être préparés, sanctifiés, purifiés. Le péché devait être enlevé du camp avant que le peuple tout entier se lance dans le combat, dans le pays de la promesse que Dieu leur avait donné. Il leur avait donné le pays, mais ils ne sont pas restés sur la frontière en attendant que tout se fasse tout seul. Dieu leur avait dit : "Je vous le donne, il est à vous". Mais il a fallu le prendre, et le prendre à la pointe de l'épée ! Et il en est ainsi pour bon nombre de bénédictions et de promesses que le Seigneur nous donne. Et notamment en ce qui concerne le couple et la famille, il y a des choses qu'il faut aussi prendre par la foi dans un combat spirituel. Mais nous nous sommes préparés à l'avance. Il est très dangereux de se lancer individuellement ou en groupe, en assemblée dans un combat spirituel direct si la préparation n'a pas été faite dans les cœurs et dans les vies, si les vies n'ont pas été remises en ordre et si le peuple n'est pas circoncis et prêt au combat. Parce que l'ennemi a de bons yeux et il sait voir où sont les failles. Cela ne veut pas dire que nous allons attendre indéfiniment de nous préparer. Une fois qu'ils sont arrivés devant le Jourdain, la préparation a été relativement brève. Mais ils étaient passés par bien des épreuves auparavant et ils avaient compris la leçon. Ils avaient compris la leçon qu'il fallait que de tout leur cœur, ils obéissent au Seigneur, par amour pour lui et pour remporter la victoire. Il en est de même pour nous. Il y a des puissances démoniaques qui veulent détruire le couple et la famille et nous le voyons bien. Et nous devons circoncire nos cœurs, nous devons être dans un esprit d'amour et de service, mais nous devons aussi aller au combat et à la bataille. Alors en ce qui concerne ce combat et cette bataille, je pars donc du principe que toutes les étapes antérieures ont été franchies. Et nous avons réalisé le premier combat que le Seigneur nous demande de faire par la foi, c'est le combat contre la chair, notre propre chair à crucifier.

Et en ce qui concerne ce combat, le deuxième, il est à mener contre Satan et tous ses serviteurs, quels qu'ils soient : démons, esprits de satanistes, quels qu'ils soient, c'est la puissance de Satan qui est là pour essayer de détruire, de s'infiltrer dans l'Eglise et de détruire cette cellule fondamentale dans l'Eglise que représente la famille et le couple. « Satan est venu,(nous dit Jésus dans Jean 10,) pour égorger, pour dérober et pour détruire », et lui ne plaisante pas. Dès qu'il voit une possibilité d'égorger, de dérober quelque chose ou de détruire, il le fera. Et nous ne devons pas lui laisser faire ce qu'il veut faire. Nous ne devons pas rester passifs et nous laisser égorger et détruire par Satan. Autant lorsque nous sommes persécutés par des hommes, nous devons garder l'Esprit de

C59    - Page 1 -    Source de Vie - http://www.sourcedevie.coml'Agneau, nous devons savoir que nous n'avons pas à lutter contre des hommes, contre la chair et le sang, contre des maris infidèles ou des femmes infidèles, autant nous avons à lutter contre Satan, ses dominations, ses puissances, ses autorités. Et pour cela, il faut être prêt, il faut être armé. Et je vais vous montrer quelques versets simplement dans la Parole de Dieu où Jésus lui-même nous dit que c'est à nous de faire le combat et qu'il ne le fera pas à notre place. Il a fait sa part, il a vaincu Satan à la Croix pour toujours, en versant son sang et il a remporté une victoire totale sur Satan et tous ses démons. Et cette victoire, cette autorité, Jésus nous l'a donnée. A nous de nous saisir des armes qu'il nous donne gratuitement pour aller au combat et pour remporter pour ce qui nous concerne, pour notre foyer, pour notre église, pour nous-mêmes, les victoires que Dieu veut nous voir remporter.

Dans Marc 16, verset 17, Jésus dit : « Voici les miracles », les miracles ! Donc, toute la série qui suit et chacun des signes qu'il indique est un miracle. « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru ». Nous faisons partie de ceux qui ont cru en Jésus. Et croire en Jésus, ce n'est pas simplement dire : "Seigneur, je crois en toi", c'est dire cela dans la repentance, mais c'est aussi obéir à ses commandements. « Celui qui m'aime gardera ma Parole et m'obéira ». Voila donc ce qu'ils feront ceux qui auront cru : « En mon nom, ils chasseront les démons ». Voilà le premier des miracles qui est indiqué par le Seigneur. « Il chasseront les démons ». Qui les chassera ?"Ils". Ceux qui auront cru et ils le feront au nom de Jésus. Donc, il y a une forme de prière qui consiste à adresser toutes sortes de prières et de supplications à notre Père céleste. Il y a aussi une deuxième forme de prière qui consiste à s'adresser directement à haute voix à Satan et à ses démons. Quand nous voyons qu'ils attaquent notre vie, notre foyer, notre mari, notre femme, il faut leur parler directement au nom du Seigneur Jésus, après avoir fait la préparation préalable, pour les chasser des endroits où ils se trouvent et où ils ne doivent pas avoir le droit de se trouver quand on est enfant de Dieu. Il faut les chasser au nom du Seigneur ; et ce n'est pas Jésus qui le fera automatiquement. Il faut prendre les armes du Seigneur, se tourner vers ces démons, et au nom de Jésus, leur commander de dégager la place. Il dit aussi dans Jacques chapitre 4 et au verset 7 : « Soumettez-vous donc à Dieu, résistez au diable et il fuira loin de vous ». C'est une promesse certaine du Seigneur, mais vous voyez les conditions ? Toujours pareil, la préparation préalable : « Soumettez-vous à Dieu », et puis tout de suite après : « Résistez au diable et il s'enfuira ». Ça ne veut pas dire qu'il va forcément s'enfuir la première fois que vous allez lui dire : "Au nom de Jésus, va t'en" ! Le nom de Satan, ça signifie : celui qui résiste. C'est sa nature de résister. Il faut être plus résistant que lui. Il faut persévérer en continuant à lui résister au nom de Jésus. Comme David a fait vis-à-vis de Goliath qui venait vers lui et David lui dit : « Toi, tu viens au nom de tes dieux, moi, je viens contre toi au nom de l'Eternel des armées ». Et il lui lance en plein front la pierre. Et Jésus est la pierre ! Alléluia ! Jésus est cette pierre qui touche l'ennemi en plein front et qui l'abat. Mais remarquez ce qu'il dit : « Soumettez-vous à Dieu et résistez au diable ». Qui doit résister ? C'est nous. Nous devons résister au diable. Quand notre foyer est attaqué par des démons, quand notre mari, notre femme est prise par la séduction de l'adultère, de l'impudicité, sachant que derrière cela il y a des esprits destructeurs qui veulent les entraîner dans ces choses. Et c'est à nous, Eglise du Dieu vivant, d'intercéder auprès du Seigneur pour leur âme, pour leur vie, et c'est à nous aussi Eglise du Seigneur, de résister à ces esprits. Il ne suffit pas de se soumettre à Dieu et puis c'est tout. Il ne suffit pas de résister au diable sans s'être soumis d'abord à Dieu. Il faut faire les deux : se soumettre à Dieu, être dans un esprit d'obéissance, d'humilité, de préparation spirituelle, revêtir toutes les armes de Dieu et il faut résister au diable. Et la promesse de Jésus, elle est certaine : « Et il fuira loin de vous ». Parce que c'est lui qui tremble au nom de Jésus ; c'est lui qui tremble quand il commence à voir un père, une mère de famille se mettre à genoux devant le Seigneur, ou une Eglise se mettre à genoux, et là, revêtue des armes de Dieu, commencer à lui résister. Il tremble ! Il tremble et il veut nous faire trembler. Et parfois, il y arrive, quand nous oublions les promesses du Seigneur et la toute puissance de l'autorité qu'il nous a donnée en Christ.

Un autre passage, dans 1 Pierre, juste à côté, chapitre 5, versets 5 à 9, là aussi, il y a un ordre, il y a une préparation : « De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens » ; l'autre passage disait : « Soumettez-vous à Dieu » (c'est toujours l'esprit de soumission à Dieu, à sa Parole, aux anciens). Verset 5 : « Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d'humilité. Car Dieu résiste aux orgueilleux (et en particulier à l'Orgueilleux avec un grand O qui est Satan), mais il fait grâce aux humbles. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu afin qu'il vous élève au temps

C59    - Page 2 -    Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

convenable. Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis car lui-même prend soin de vous ». Et puis aussitôt, il dit : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable (c'est lui, notre seul adversaire), rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera ». Il cherche la faille. « Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde ». "Résistez-lui", dit le Seigneur. "Résistez-lui avec une foi ferme". Donc, si nous ne faisons pas ce que le Seigneur nous demande de faire, si nous ne chassons pas les démons, si nous ne résistons pas à Satan, nous désobéissons tout simplement au Seigneur. Nous désobéissons à l'ordre de Dieu et nous laissons l'ennemi égorger, détruire, dévorer, ce qu'il ne devrait pas faire.

Maintenant, ceci dit, dans ce combat, Jésus est loin de nous laisser sans défense et sans armes. Tout d'abord, il y a lui-même, toujours. Jésus, le grand vainqueur, notre Berger, notre Seigneur, notre Roi. Il est là, il est le chef de l'Armée de l'Eternel dont nous faisons partie, et c'est sous ses ordres que nous faisons le combat. On ne le fait pas comme ça, en ordre dispersé, chacun dans son coin, mais on doit chacun rester en communion, en communication avec notre chef, notre Seigneur. C'est lui le général en chef de l'armée. C'est lui qui donne les ordres, c'est lui qui a le point de vue le plus élevé, qui peut voir tout ce qui se passe dans notre vie personnelle, dans notre foyer. C'est lui qui connaît les causes, c'est lui qui connaît d'où l'ennemi vient, etc. Donc, dans ce combat, nous avons besoin en tout premier lieu, évidemment, je le répète, mais il le faut, nous avons besoin de rester en communion avec notre Seigneur, de faire la chasse au péché qui trouble cette communion et de rester toujours à l'écoute des directives du Saint-Esprit, que le Seigneur nous donne par le Saint-Esprit. Et puis le Seigneur nous donne toute son autorité, il nous l'a donnée. C'est un don gratuit, nous sommes ses enfants, nous sommes des enfants, des fils et des filles du Dieu vivant, et il nous donne toute son autorité. Et quelle autorité est au-dessus de celle du Seigneur ? Il est le tout puissant. Regardez ce qui est dit dans Luc, chapitre 10, et au verset 17 : « Les soixante-dix revinrent avec joie, disant : Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. Jésus leur dit : Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions (qui sont les images de Satan, de ses démons), et sur toute la puissance de l'ennemi ».

« Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l'ennemi et rien ne pourra vous nuire ». C'est quand même fort, comme promesse et comme parole. "Je vous ai donné tout mon pouvoir sur toute la puissance de l'ennemi, et rien ne peut vous nuire". A condition que vous restiez, ce n'est pas dit, mais je pense que c'est dans le contexte, à condition que vous restiez unis au cep dans l'obéissance et dans la foi. Parce que rappelez-vous une chose : Le Seigneur donne à ses disciples toute autorité pour guérir toute maladie et pour chasser les démons. Et puis un peu plus loin, alors que Jésus était sur la montagne de la transfiguration avec certains de ses disciples, il redescend de la montagne et il voit là ses disciples en train de s'essayer à chasser un démon récalcitrant d'un jeune homme qui était jeté dans le feu par ce démon ; ou jeté dans l'eau. Et ils n'y sont pas arrivés. Et si Jésus n'était pas arrivé à ce moment précis, ils auraient peut-être commencé à construire toute une théologie en disant : "Tiens, il y a quelques temps, Jésus nous a donné le pouvoir sur tous les démons, en voilà un qui ne veut pas partir. Puisque Jésus nous a donné tout pouvoir, et qu'il ne veut pas partir, c'est donc la volonté de Dieu qu'il ne parte pas".

Et il y a des hommes qui commencent ainsi à remplacer la Parole de Dieu par leur tradition. Jésus a dit : « Je vous donne tout pouvoir pour guérir toute maladie ». Et voilà des maladies qui ne sont pas guéries et on commence à dire : "Eh bien !, c'est la volonté de Dieu qu'ils ne soient pas guéris". Et on construit une théologie comme cela. Mais qu'est-ce qu'il leur dit, Jésus ? C'est un des rares passages où Jésus se fâche vraiment contre ses disciples bien-aimés. Il leur dit : « Race incrédule et perverse, jusques à quand vais-je vous supporter » ? Alléluia ! Tu nous supporteras, Seigneur Jésus ! Gloire à Dieu ! « Amenez-le moi ici » ! Et d'une parole, il chasse le démon. Et puis il leur dit : « C'est à cause de votre incrédulité que ce démon n'a pas pu sortir ». Certains démons ne sortent que par le jeûne et la prière. Donc, ils avaient reçu l'autorité de Jésus et c'était sûr et certain, mais ils avaient laissé tomber leur foi par manque de jeûne et de prière. Faute de jeûne et de prière, ils étaient tombés dans l'incrédulité par rapport à la promesse que Jésus leur avait faite. Nous ne devons pas suivre le même chemin. Jésus nous a laissés toute autorité sur tous les démons, mais nous devons rester en permanence en communion avec Dieu dans une attitude de foi en entretenant cette relation

C59    - Page 3 -    Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

dans le jeûne et la prière ; le vrai jeûne, le vrai jeûne d'Esaïe 58. Et nous devons le faire. Quand nous le faisons, la foi reste vivante en nous et l'autorité que Jésus nous a donnée peut s'exercer, quelquefois non sans mal, je dirais même souvent, non sans mal parce que c'est un combat réel ! Mais nous avons l'autorité de Jésus.

Et ensuite, il nous laisse aussi des armes toutes puissantes. Quelles sont ces armes ? Alors je ne vais pas les détailler, je vais simplement vous indiquer où elles se trouvent, dans Ephésiens 6. Ephésiens 6:10 : « Au reste, fortifiez-vous, fortifiez-vous dans le Seigneur, par sa force toute puissante. Revêtez-vous (si nous ne nous fortifions pas par sa force toute puissante, si nous ne nous revêtons pas, nous ne serons pas prêts pour le combat) revêtez-vous de toutes les armes de Dieu afin de pouvoir tenir fermes contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter (contre des maris infidèles, contre des femmes infidèles, contre des enfants infidèles,) contre la chair et le sang, mais contre les dominations, les autorités, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits méchants dans les lieux célestes. C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu ». Prenez-les, elles sont là. Elles ne doivent pas rester sur le râtelier spirituel. « Prenez toutes les armes de Dieu afin de pouvoir résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout surmonté ». C'est tout un programme de bataille ! Il faut d'abord tout surmonter, et puis ensuite tenir ferme et puis ensuite, résister dans le mauvais jour. Mais nous ne pourrons pas le faire, si nous ne sommes pas revêtus des armes du Seigneur. Et il donne toute la liste : la vérité, la justice, le zèle, le bouclier de la foi, le casque du salut ; et cela nous parle aussi du fruit de l'Esprit qui doit être produit dans nos vies. Et j'insisterai surtout sur l'épée de l'Esprit qui est la Parole de Dieu, cette arme offensive merveilleuse que l'on peut pointer en direction de l'ennemi en lui disant : "Il est écrit ! Satan, tu ne peux pas aller contre cette parole, il est écrit". C'est l'arme que Jésus lui-même a utilisée dans la tentation du désert. Lui, la Parole vivante de Dieu, il s'est soumis à la Parole écrite et il a cité les versets de la Parole de Dieu pour dire : "Satan, retire-toi de moi, il est écrit, il est écrit". Cette Parole puissante, vivante, efficace.

« Faites en tout temps par l'esprit toutes sortes de prières et de supplications (voilà encore une arme), veillez à cela avec une entière persévérance ». Mes bien-aimés frères et sœurs, ce n'est pas un combat d'opérette. C'est un vrai combat que nous devons préparer avec sérieux et faire avec sérieux. Cela nécessite une préparation sérieuse, permanente. Si, dans le monde, on est capable de passer autant de temps à préparer une armée et qu'il ne peut pas y avoir de victoire sans préparation intense à tous les niveaux psychologiques, nous on dirait spirituels, et puis matériels, eh bien dans le domaine spirituel, il doit en être ainsi. Nous devons « veiller à cela avec une entière persévérance ». Alors n'attendons pas que l'ennemi arrive comme un fleuve ; on n'est pas préparé, alors, vite on veut saisir les armes, où sont... ? Où est ma Parole ? Qu'est-ce qui est écrit ? On sera submergé ! Il faut passer du temps à se préparer, individuellement, en famille, collectivement. Et l'église est là aussi pour aider ceux qui par négligence n'ont pas pu, ou qui sont trop jeunes encore dans la foi. Elle est là aussi pour assurer la protection des faibles. Il y en a aussi dans l'Eglise qui par tempérament personnel, ne sont pas vraiment faits pour le combat intense. Ceux-là doivent être gardés, protégés par le reste. De même que dans la famille, le chef de famille a une responsabilité particulière auprès de son épouse, de ses enfants, dans ce combat. On doit s'y préparer, mais nous avons des armes, et en particulier, cette merveilleuse Parole qu'il faut connaître, qu'il faut méditer, sans cela, l'épée sera un peu trop émoussée.

Et il y a aussi ce pouvoir que Jésus nous donne dans Matthieu 18:18, de lier et de délier. Alors je vous lis simplement ce verset, Matthieu 18:18 : « Je vous le dis, en vérité, tout ce que vous lierez », encore une fois, « Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel ». Et le texte original dit : « Aura été lié dans le ciel et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel ». Qu'est-ce que nous devons lier, au nom du Seigneur ? Ce sont les esprits méchants et mauvais dans les lieux célestes. Et une fois qu'ils sont liés, ils sont liés. Et il est important dans la préparation des réunions, en particulier, pas forcément au moment où on commence, mais il est important avant, ou peut-être juste avant la réunion, de lier tous ces esprits qui voudraient déranger la prédication de la Parole, la réception de la Parole. Ça fait aussi partie du combat spirituel, et une fois qu'ils le sont, par une simple prière de foi, ils sont liés. Et ils sont liés, Amen, parce que Dieu se tient derrière sa Parole pour l'exécuter. Donc, nous devons lier ces esprits, et nous devons délier ceux qui sont liés. Les

C59    - Page 4 -    Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

personnes, épouses, maris, femmes, enfants, que manifestement nous voyons liés par des mauvais esprits, il faut lier ces esprits et il faut délier les personnes. Et une simple prière de foi est suffisante. Et tant qu'il est nécessaire, il faut la répéter, parce que chaque fois que vous liez ces démons, ils sont de plus en plus liés et affaiblis.

Maintenant, dans les autres principales armes que le Seigneur nous donne, je vais les signaler rapidement, il y a le nom de Jésus ; le nom de Jésus est une arme toute puissante. Dans Philippiens 2, il nous est dit au verset 5 : « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher, d'être égal à Dieu, mais s'est dépouillé lui-même en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes. Et après s'être trouvé dans la situation d'un homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la Croix. C'est pourquoi aussi, Dieu l'a souverainement élevé. Il lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus, tout genou (y compris celui de Satan et de toutes ses troupes), tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre (là où sont les démons et dans les cieux aussi), et que toute langue confesse que Jésus- Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père ». Il faut que tout genou plie, au nom de Jésus. Et au nom de Jésus, le genou de Satan plie ; contre sa volonté, mais il plie au nom de Jésus. Et quand le nom de Jésus retentit, il fait trembler tout l'enfer. Quand le nom de Jésus retentit et règne sur votre foyer, c'est une arme toute puissante pour déloger l'ennemi. Ce n'est pas une formule magique, c'est simplement la manifestation de la toute puissance du merveilleux nom que le Père a donné à son Fils, le nom de Jésus qui veut dire sauveur, libérateur, Yeshua, le sauveur. Au nom de Jésus, tout genou doit fléchir. Tout nous est donné par Jésus et en son nom. C'est au nom de Jésus que nous prions, c'est au nom de Jésus que nous faisons tout ce que nous faisons, c'est au nom de Jésus que le genou de ces dominations doit plier. Alors ne nous en privons pas.

Une autre arme toute puissante, c'est le sang de Jésus, le sang de la Nouvelle Alliance entre Dieu et les rachetés. Dans Lévitique 17:11, il nous est dit que l'âme de toute chair, la vie de toute chair est dans le sang. Lévitique 17:11 : « Car l'âme de la chair est dans le sang. Je vous l'ai donné sur l'autel afin qu'il serve d'expiation pour vos âmes, car c'est par l'âme que le sang fait l'expiation ». Et c'est par le sang de Jésus que Jésus a fait l'expiation pour nos péchés. Et toute la vie éternelle de Dieu se trouve dans le sang de Jésus. L'âme, c'est le même mot que vie. Donc, la vie de Jésus se trouve dans son sang. C'est son sang qui nous lave, qui nous purifie. La vie de Dieu est dans le sang de Jésus et le sang de Jésus fait trembler les démons comme des feuilles. J'ai entendu quelquefois des démons hurler par la bouche de personnes qui étaient en train d'être délivrées. D'une part ils hurlaient : "Ne prononce pas ce nom, ce nom de Jésus", et ils tremblaient à la mention du sang de Jésus. Ce sang qui a été appliqué, le sang de l'Agneau qui dans l'Ancienne Alliance était appliqué sur les linteaux, les montants des portes et quand l'ange exterminateur est passé, il est passé au-dessus. Quand nous sommes au bénéfice du sang de Jésus, nous sommes couverts d'une protection qui arrête tous les traits enflammés de l'ennemi, aussi. Le sang de Jésus ! La victoire dans le sang ! Ne vous privez pas de chanter des cantiques où il est fait mention du sang de Jésus. Remplissez votre maison de louanges au nom et au sang de Jésus ! Les démons tremblent. Alléluia ! Et nous nous réjouissons.

Dans Apocalypse 12, verset 7 : « Il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon, et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité le grand dragon, le serpent ancien appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre et ses anges furent précipités avec lui. Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant, le salut est arrivé et la puissance et le règne de notre Dieu et l'autorité de son Christ (qu'il nous a donnés), car il a été précipité l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Ils l'ont vaincu. (Qui c'est "ils" ? Ce sont nos frères, c'est nous, ce sont les chrétiens.) Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ». La Parole de Dieu est rendue vivante dans leur témoignage. La parole de leur témoignage. C'est une parole qui n'était pas restée morte, mais qui était vivante dans leur témoignage. Et par le sang de Jésus et la Parole de Dieu, dans leur témoignage, ils ont vaincu le malin. Mais, remarquez une chose, et je crois que les deux sont associés, c'est lorsque l'Eglise sur la terre utilise ses armes dans la prière, dans

C59    - Page 5 -    Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

l'intercession, dans la fidélité au témoignage de la Parole, c'est quand elle fait cela sur la terre que dans le ciel, les anges remportent la victoire sur le dragon et ses anges. Vous voyez, il y eut une guerre dans le ciel, Michel et ses anges combattirent, le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts. Mais il est dit un peu plus loin : Qui est-ce qui l'a vaincu ? « Ils l'ont vaincu par le sang de l'Agneau et la Parole de leur témoignage ». Ça veut dire que si l'Eglise ne fait pas ce qu'elle a à faire, eh bien dans le ciel, le combat va continuer à durer. Et ça a été la même chose lorsque Daniel a jeûné pendant 21 jours et que pendant qu'il jeûnait, il y avait un combat terrible entre l'ange qui venait du Seigneur et le prince de Perse qui essayait d'empêcher la bénédiction. Pendant ce temps là, Daniel priait et jeûnait. Il ne se doutait pas du tout de ce qui se passait. Mais la fidélité de Daniel, le jeûne et la prière de Daniel, qui représentent l'Eglise aujourd'hui, ont permis finalement à cet envoyé de Dieu de venir lui apporter la Parole du Seigneur. Et l'ange lui dit : « Dès le premier jour où tu as eu à cœur de t'humilier et de jeûner, Dieu a entendu ta prière, et Dieu a répondu ». Mais il y a eu 21 jours de combat, Trois fois sept jours, qui nous montrent la durée et l'intensité de ce combat spirituel. L'Eglise jeûne et prie, l'Eglise intercède, l'Eglise s'appuie sur le sang de l'Agneau, sur la Parole de Dieu, et dans le ciel les anges de Dieu remportent la victoire. Et c'est nous qui le vainquons par les armes que Dieu nous donne. Vous voyez ?

Alors comme armes, je les répète rapidement, nous avons toute l'autorité du Seigneur, nous avons toutes les armes d'Ephésiens 6, et en particulier la Parole de Dieu et ses promesses, notamment celles de lier et de délier, le nom de Jésus, le sang de Jésus, et il y en a une autre, je l'ai mise en dernier, mais ce n'est pas parce qu'elle est la moins importante, loin de là, c'est la louange. La louange ! Si vous lisez ne serait-ce qu'un verset d'un psaume, le psaume 18, au verset 4 : « Je m'écris loué soit l'Eternel et je suis délivré de mes ennemis ». « Je m'écris loué » ; évidemment, toutes les autres conditions doivent être remplies. Là encore, ce n'est pas une technique. Il ne faut pas commencer à dire : "On va commencer à louer le Seigneur", si le reste n'est pas aussi en ordre. Mais quand le reste est en ordre et qu'on commence à louer le Seigneur, Satan ne peut pas supporter les louanges de Dieu. C'est lui qui aurait voulu recevoir, l'orgueilleux, toutes les louanges et l'adoration, et quand il voit quelqu'un, une famille, une église commencer à louer le Seigneur, il ne peut pas supporter ça. Il ne peut pas. Alors ne nous privons pas de cette arme. Et il y a plusieurs livres dans la Bible qui nous parlent de combat spirituel, mais le livre des Psaumes, c'est un grand livre de combat spirituel. Regardez le nombre de fois où les Psaumes nous parlent de combat, de victoire sur les ennemis. « Je les taille en pièces », etc. « Je ne reviens pas sans les avoir anéantis ». Les Psaumes, c'est un livre de combat, et c'est le plus merveilleux livre de louanges de la Bible. Il n'y a que des louanges ; ils étaient tous chantés. La louange est une arme puissante. Quand toute une église part dans la louange inspirée, conduite par le Saint-Esprit, c'est une arme puissante dans le combat spirituel ; elle l'est aussi quand dans le foyer, dans la famille, le père, la mère, même dans la persécution, même dans les difficultés, lèvent les yeux vers le Seigneur et disent : "Seigneur, je te loue, je te bénis. Tu es le Seigneur, le Dieu tout puissant, tu m'as donné ton autorité. Tu vois les problèmes dans lesquels je suis, ils me dépassent, c'est une montagne, mais je te loue, Seigneur, je te bénis parce que tu es le grand vainqueur, tu es celui qui vient à mon secours et on est dans la joie".

« Soyez toujours joyeux ». Et cela me rappelle aussi le témoignage que donnait ce frère qui était grand sorcier au Nigéria. Il disait ceci : "Quand j'étais sorcier au Nigéria, j'avais reçu la consigne d'aller détruire un certain pasteur qui faisait beaucoup de ravages. Il osait faire les choses suivantes : il prenait son mégaphone, il allait sur la place des bus ou du marché (puisque là-bas, il y a des gares routières qui sont très importantes, tout le monde circule en bus), et là, en plein milieu de l'arrêt du bus, il osait prêcher l'Evangile avec son mégaphone, annoncer l'Evangile à haute voix. Et il osait lier les démons, ce qui nous mettait dans une gêne terrible. En plus, il était tout le temps dans la joie, dans la louange et il chantait tout le temps". Alors cela faisait grincer les dents à toute l'équipe de Satan qui était chargée de le détruire. Et lui, quand il a vu que ceux qui étaient envoyés contre ce pasteur n'y sont pas arrivés et sont revenus tout penauds, lui qui était le chef des sorciers, il a dit : "Eh bien, je vais m'en occuper moi-même. C'est un os, mais il aura à qui affaire". Et puis il y est allé, et il y est allé en esprit, en sortant de son corps, et là, surprise, il a vu ce frère en train de chanter des louanges, et il l'a vu entouré de deux anges, un à droite et l'autre à gauche. Impossible d'approcher ! Et il est revenu à plusieurs reprises et d'autres fois, c'était comme une nuée, une nuée à droite et à gauche, comme la

C59    - Page 6 -    Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

nuée qui protégeait le peuple dans le désert. Impossible d'approcher ! Et ce frère était tout le temps en train de chanter, toujours joyeux. Et un jour, il s'approche de lui et il regarde, pas de nuée, pas d'ange. Alors il se dit : "C'est le jour ! Je vais pouvoir l'attraper". Et à ce moment là, par la puissance satanique qui était en lui, il fait une invocation et il invoque l'orage, parce qu'il avait le pouvoir de faire descendre la foudre à volonté, par la puissance de Satan. Il invoque un orage terrible, voilà un orage terrible, la foudre, et au moment où il allait invoquer donc la descente de cette foudre sur cet homme, il le voit là, dans sa maison, en train de chanter un cantique. Et vous savez quel cantique il chantait ?"Jésus-Christ est Seigneur. Tout genou fléchira". Et au moment où il a dit : "Tout genou fléchira", il y a eu un éclair, oui, mais il est tombé sur le chef des sorciers, et il a été transporté par la puissance de Dieu dans une autre ville à plusieurs kilomètres de là d'où il a dû revenir par ses propres moyens. Et il finissait son témoignage en disant : "Eh bien, ce pasteur, on n'a pas pu l'avoir et il est toujours en vie maintenant". Et maintenant, c'est son frère en Christ. Alors vous voyez la puissance de la louange ? Evidemment, c'était un frère consacré. Il n'y avait pas que la louange dans sa vie, mais il osait annoncer librement et témoigner, il osait lier les démons, mener le combat spirituel, et il était toujours dans la louange. Et au milieu de l'orage, là-bas ce sont des orages terribles, surtout celui-là qui était commandé par des démons, eh bien il osait chanter : "Jésus-Christ est Seigneur et tout genou fléchira". Et lui, il ne s'est rendu compte de rien. Mais le Seigneur, là, a pris soin de lui et l'a délivré. Alléluia !

Et à une autre occasion, pour vous montrer la puissance du sang de Jésus, cet homme sorcier est entré dans un bus. Il était là, dans ce bus et un jeune homme vient témoigner. Il distribuait des traités auprès de tous les passagers du bus. Il s'approche de lui, il veut lui tendre un traité. Il refuse. Il insiste un peu, il commence à l'évangéliser. Et lui était très troublé par ça. Il avait à la main un anneau magique, où il y avait une très grande puissance de sorcellerie. Il suffisait normalement qu'il frappe une personne avec cet anneau pour la faire mourir. Il s'est dit : "Bon, ton compte est bon, je vais te faire mourir". Je ne sais pas s'il serait mort tout de suite ou plus tard, mais enfin, c'était une malédiction. Alors il le frappe, et le jeune homme se rend compte de cela, il réalise tout de suite par l'Esprit du Seigneur qu'il s'agissait d'une manœuvre satanique, et il se contente de dire immédiatement : "Le sang de Jésus" ! Et par la puissance du Seigneur, ce sorcier qui était là a été comme volatilisé du bus, et encore une fois, il s'est retrouvé dans une forêt vierge. Et il dit dans son témoignage : "Si je n'avais pas eu la puissance de mes démons, je me serais perdu là dedans". Voyez- vous la puissance du sang de Jésus ? Simplement la mention du sang de Jésus. Et je me rappelle qu'un jour dans les Pyrénées, on était avec ma famille tout entière dans un break, la route était enneigée, glissante, et je ne roulais pas trop vite, mais à un certain virage, je vois la voiture qui commence à se mettre de côté, et je vois la voiture partir sans aucun contrôle, je n'ai eu qu'un réflexe, mais je pense qu'il a été le bon, j'ai dit à haute voix : "Le sang de Jésus" ! et immédiatement, nous avons vu avec joie la voiture tout doucement retourner, comme si un ange avait pris le contrôle, se retourner, se remettre dans les rails et tout doucement atterrir sur le bas-côté de la route, un des rares endroits de cette route où il n'y avait pas de fossé. Et nous avons tous fait une petite réunion de louange en famille. Le sang de Jésus ! La puissance du sang, de la louange, du nom de Jésus ! On est dans un combat, mais nous avons des armes. Des armes merveilleuses, ne nous en privons pas.

Alors dans le foyer, mettons ces armes en œuvre et menons ce combat. Que celui dans le foyer qui est le plus près du Seigneur commence à faire ce combat. Les autres suivront après, au fur et à mesure qu'ils seront gagnés. Mais n'oubliez jamais une chose, c'est que quand vous parlez à ces démons, vous devez le faire à haute voix, chez vous, tranquillement et vous ne devez pas le faire dans votre cœur parce que Satan ne peut pas lire nos pensées ni les démons, mais faites-le à haute voix et liez ces démons à haute voix. Et restez dans la foi et la persévérance jusqu'à ce que se manifeste ce que le Seigneur a promis. Et le mari lié sera délié par la puissance du Seigneur et vous le verrez revenir ; la même chose pour la femme, la même chose pour les enfants. Restez dans la foi, ce que le Seigneur a promis, il le fera. C'est comme s'il nous dit : « Tu seras sauvé toi et ta famille. Je te donne ce pays, mais prends-le par la foi ». Combats le bon combat, avec tes frères, avec tes sœurs, avec ton église, avec les armes que le Seigneur a placées à côté de toi. Et la victoire est à Jésus, et la victoire nous est donnée en Jésus. Alléluia ! Amen !

C59    - Page 7 -    Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 08:30

Sur les plateaux télé, le blondinet joufflu conserve l'allure des enfants sages. Du haut de ses 11 ans, Colton Burpo a l'air à peine étonné de se voir pressé de questions. Lorsqu'ils l'interrogent, les adultes minaudent. Pas lui. « C'est comment le paradis? » lui demande-t-on invariablement, la voix haut perchée. Toujours flanqué de son père et parfois de sa mère, Colton répond comme un grand : « Ses portes sont d'or et de perles.

Tout le monde est jeune et sans lunettes, et chacun porte des ailes de taille différente. Sauf Jésus, qui monte et descend comme un ascenseur. » Voilà à quoi ressemble le paradis de Colton Burpo. Son paradis puisqu'il jure y être allé.
L'étonnante histoire de cet enfant né dans le Nebraska (Etats-Unis) débute en 2003. Il a alors 3 ans et demi lorsqu'il tombe malade. Colton souffre d'une appendicite mal diagnostiquée qui vire à la péritonite. Opéré d'urgence à deux reprises, il reste entre la vie et la mort pendant plusieurs jours. Les médecins laissent peu d'espoir aux parents. « On ne nous disait rien. C'était un cauchemar », se rappelle son père, Todd.
Et puis, c'est le miracle : son état s'améliore soudainement. Colton peut alors rentrer à la maison, retrouve son frère et sa sœur. La routine familiale se remet en route. Enfin… pas tout à fait. En discutant avec lui, ses parents se rendent compte que quelque chose de « spécial » est arrivé à l'hôpital. « Il me racontait qu'il m'observait en train de prier dans une pièce alors que même ma femme ne le savait pas et que lui se trouvait en chirurgie », assène Todd. Colton confirme : « J'étais assis sur les genoux de Jésus et je regardais papa d'en haut. » Intrigués, les parents l'interrogent. Au fil des mois, Colton dévoile son aventure. Leur relate son arrivée dans le jardin d'Eden. Leur explique comment des anges l'ont accompagné « droit vers Jésus ». Celui-ci, l'enfant le dépeint barbu, vêtu de blanc et de violet, « aux yeux bleus pétillants couleur de la mer ».
Colton leur parle aussi d'une petite fille. « Tu avais un bébé qui est mort dans ton ventre, n'est-ce pas? » demande-t-il à sa mère, Sonia. Un an avant sa naissance, elle a effectivement fait une fausse couche. « Colton m'a raconté que là-haut sa sœur n'arrêtait pas de le serrer dans ses bras, se remémore Sonia, toujours bouleversée. Comment pouvait-il connaître son existence? Je ne lui en avais jamais parlé. » Et puis Colton décrit une autre rencontre tout aussi surprenante. « J'étais assis avec Dieu et ce gars est venu vers moi et me demande : Es-tu le fils de Todd ? J'ai dit oui. Il me répond : Alors, je suis ton arrière-grand-père. » Un bisaïeul surnommé Pop qu'il n'a évidemment jamais connu. Et parmi plusieurs photos, Colton dit le reconnaître sur un cliché pris lorsqu'il était jeune.
Les propos de cet enfant sur Dieu et le paradis, comme son sentiment de s'être « senti en sécurité » dans l'au-delà, confortent l'idéal familial. Todd est vendeur de portes de garage à Imperial, une petite ville du Nebraska. Mais il est surtout pasteur évangéliste. Il veille sur mille âmes et beaucoup se demandent si la foi du père n'a pas inspiré le fils. Mais les parents en sont sûrs : leur enfant a fait une expérience de mort imminente et il en est revenu.
Fort de ses convictions, Todd a donc témoigné dans un livre intitulé « Heaven Is for Real » (« Le paradis, c'est pour de vrai »). 163 pages écrites avec Lynn Vincent, une des plumes de Sarah Palin, l'ancienne candidate républicaine à la vice-présidence en 2008 et icône du Tea Party, la droite radicale américaine. L'ouvrage sorti en novembre 2010 a vite atteint les meilleures ventes. « J'ai commencé avec un tirage de 40 000 exemplaires. Depuis, il est reparti en presse 22 fois », se réjouit l'éditeur Thomas Nelson qui va bientôt le faire traduire dans treize autres langues. Et on parle naturellement d'en faire un film.
Aujourd'hui, Colton semble avoir la même vie que les enfants de son âge. Il joue du piano, adore l'équipe de foot du Nebraska et se passionne pour la mythologie grecque. En apparence. Car sur le plateau de la chaîne ABC, lorsque la présentatrice lui demande : « Tu sais combien tu en as vendu d'exemplaires ? » déjà blasé, il lâche : « 1,5 million! » Autour de Colton, les adultes s'enthousiasment. L'enfant, lui, n'a toujours pas l'air étonné.

8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:25
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 01:30
Message aux croyants sur le Film Noé - information à diffuser ! Le film Noé vous ment sur la véritable histoire de Noé. Il vous ment sur Dieu et sur les démons.

- Film Noé : sorti au cinéma le 9 avril 2014

Réalisé par Darren Aronofsky

Acteurs : Russell Crowe, Jennifer Connelly, Emma Watson...

Fier de son film, l'acteur principal Russel Crowe a osé déclarer : "Beaucoup de gens pensent qu'ils connaissent l'histoire de Noé, mais ce ne sont que de vagues souvenirs de catéchisme, pas ce que la Bible dit vraiment" ! Il est pourtant impossible d'avoir lu la Bible et de faire une telle déclaration concernant le film Noé. Son réalisteur, lui, athée, a déclaré que "c'était le film biblique le moins biblique jamais réalisé".

Le film Noé a une origine purement satanique et je le déconseille à tous. Non seulement il ne concorde absolument pas avec ce que dit la Bible (je ne suis pas contre un peu d'ajout superficiel pour les besoins cinématographiques), mais il fait passer un message terrible sur :

Dieu :

Dieu est présenté comme un être sombre, froid, absent, mais surtout injuste et méchant. Jamais le nom de Dieu n'est cité. On parle seulement du "créateur". Dans ce film, le "créateur" veut se débarrasser de l'homme pour le seul péché de nuire à l'environnement ! Non pas parce que "la méchanceté de l'homme était grande sur la terre" (Genèse 6:5), ce en vue de préserver les générations à venir du mal et d'espérer un monde meilleur (s'il ne reste plus un seul juste, le monde deviendrait l'enfer).

Noé :

Noé est présenté de la même façon. Puis au fur et à mesure du film, il devient de plus en plus étrange et méchant, et on lui découvre le désir de tuer des bébés à la sortie du ventre de leur mère, je cite le film : "si c'est une fille, quand elle sortira du ventre de sa mère, je prendrai mon couteau, et je la tuerai" (parlant de la grossesse de sa belle-fille).

Il dira également : "Je ne fais pas ce que je veux, mais ce que je dois faire (prétendant ainsi que c'était la volonté de Dieu de tuer tou les nouveaux nés filles, afin qu'aucun homme ne subsiste sur la terre).

Aux yeux de Noé, la mission divine que Dieu lui a confiée est de sauver les animaux qui sont des êtes innocents, contrairement à l'homme. Noé réalise qu'il est pécheur (la Bible dit qu'il est juste - justifié par la foi certainement), mais dans le film il n'a aucune révélation de la bonté de Dieu dont le désir est de le préserver lui et sa famille pour recommencer un monde meilleur.

Les démons :

 

 
Dans le film "Noé", ce n'est pas vraiment Noé qui construit l'arche, mais plutôt DES ANGES DÉCHUS, qui sont représentés par des monstres de pierre. En aidant Noé à construire l'arche, ils essaient de gagner leur salut. En le faisant, Dieu les rappelle à lui et les sauve et ils deviennent à nouveau des êtres de lumière.

 

Un ange déchu raconte leur histoire : Dieu les a chassés du ciel, et ils ont été projetés sur terre (ce que nous dit Esaïe 14, Ézéchiel 28 et l'Apocalypse). Le film raconte qu'en tombant sur terre, ils sont devenus des monstres de pierre hideux (mais leur coeur est toujours pur). Ensuite Dieu les aurait chassés du jardin et ils ne comprennent pas pourquoi car ils étaient dans le jardin POUR AIDER les hommes ! Mais les hommes ont été méchants avec eux. Finalement, Noé va recevoir leur soutien pour la construction de l'arche. Les démons ne comprennent pas pourquoi Dieu a été si méchant avec eux et pourquoi, alors qu'ils sont bons et voulaient aider les gens, Dieu ne leur a pas accordé le salut.

La famille de Noé :

La famille de Noé pourrait être assez bien présentée, sauf que tout le film tourne autour de l'injustice et de la méchanceté de Dieu, qui n'aurait pas donné de femmes aux deux plus jeunes garçons de Noé. OR, la BIBLE EST CLAIRE :

13 Ce même jour entrèrent dans l'arche Noé, Sem, Cham et Japhet, fils de Noé, la femme de Noé et les trois femmes de ses fils avec eux:
 

Sauf que dans le film, l'un des garçons, Cham, est en colère contre Noé car Dieu ne veut pas lui donner de femme et il est condamné à vivre seul. Il va donc chercher une femme parmi ses concitoyens, et alors qu'il essaie de la ramener, Noé, récupérant son fils, et laissant derrière lui cette jeune femme, la laisse se faire tuer par le peuple (piétinée).

La pensée principale du film :

Le film tourne autour de cette pensée : En entrant dans l'arche, Noé croit que Dieu veut éradiquer l'humanité entière et qu'il veut sauver les animaux. Alors la terre deviendrait ce qu'elle était avant que l'homme n'existe, et Dieu serait satisfait. Noé veut donc tuer les potentiels bébé filles qui naîtraient de son fils ainé. A partir de ce moment, il devient comme un fou sur une île déserte (sauf que l'île ici, c'est l'arche).

Il y aurait encore BEAUCOUP à dire, mais sachez-le, l'inspiration de ce film est purement diabolique, et transmet un message aux gens humaniste, présentant Noé comme celui qui a choisi que la vie continue sur terre, Dieu voulant la détruire totalement.

À la fin du film, Noé choisit l'amour, convaincu par sa belle-fille (de qui il a voulu tuer ses bébés), mais le film laisse sous-entendre que Dieu, lui, n'a jamais changé d'avis et veut la mort de tous. Ce serait donc grâce à Noé que les hommes existent encore aujourd'hui, contrairement à la volonté de Dieu ! Or Dieu leur dit après le déluge :

1 Dieu bénit Noé et ses fils, et leur dit : Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre.
 

En gros, chaque personne qui regardera ce film se rangera automatiquement, ni du côté de Dieu, ni du côté de Noé, ni du côté des méchants (les concitoyens de Noé, des barbares), mais du côté de la famille de Noé qui ne comprend, ni Dieu, ni Noé. Finalement, les gens resteront les mêmes, et s'enracineront encore plus à la sortie de ce film dans leur colère contre Dieu. La Bible déclare pourtant :

8 Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.
 

 

56 Car le Fils de l'homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver. Et ils allèrent dans un autre bourg.
 

 

Si vous avez vu ce film, sachez-le, l'image qu'on a montrée de Dieu est fausse. Dieu est amour et il désire plus que tout que vous puissiez être réconcilié avec Lui. Le péché nous a séparés de Dieu, mais un seul acte de justice, Jésus-Christ qui est mort pour nos péchés, nous pardonne entièrement et change le cours de notre vie, si nous venons à lui, demandant pardon pour nos péchés. Il nous assure la vie éternelle.

20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu !
 
16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
 

La véritable histoire de Noé :

Si après cette lecture, vous souhaitiez tout de même aller voir ce film pour vous en faire votre propre opinion, je vous conseille de lire auparavant le véritable récit de la genèse concernant la vie de Noé dans la Bible.

Jérémy Sourdril, auteur du livre : "365 Jours au coeur des Proverbes".

Mis en ligne il y a 2 jours
 
 
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:41

Gilles Sax

Libéré de la drogue

Je m’appelle Gilles SAX, j’ai 42 ans. Je ne croyais pas en Dieu. Ma vie était une vie détruite et sans espérance.

A l’âge de quatre ans, j’ai été abusé sexuellement par des hommes. J’étais épileptique et malgré de nombreux soins, la guérison n’a pas été au RDV. Ma vie se résumait à l’alcool, drogue et sexe. Ce mode de vie m’a détruit physiquement et moralement et a provoqué une maladie des poumons sur lesquels on a trouvé de nombreux champignons. Conséquence: j’enchaînais des bronchites successives sans jamais guérir malgré le traitement médical sévère que je suivais (plus de 100 piqûres sans résultat).
Un jour, alors que je me trouvais chez un ami, le pasteur de l’église de la Porte Ouverte Chrétienne me parla de Jésus en me disant que Jésus pouvait me guérir. Je lui ai répondu: ” Vous pouvez me parler de football et de Maradona, là au moins, je comprends quelque chose! Mais Jésus, c’est pas pour moi”. Avant de partir, le pasteur a prié avec mon ami. Pendant ce temps, je me cachais derrière un journal et je me moquais d’eux ! Dans sa prière il a simplement dit: “Seigneur, tu vois Gilles, tu vois l’état de ces poumons, touche-le”. A l’instant même, j’ai senti une chaleur dans les poumons et j’ai eu peur !
Quelques jours plus tard après avoir fait des analyses, on a constaté la chose suivante: le traitement qui m’était appliqué n’avait pas d’emprise sur la maladie et donc ne servait à rien. Cependant après la prière les poumons avaient été entièrement guéris. A ce moment-là, je savais que Jésus était vivant! Malheureusement, j’étais lié à la drogue dure (héroïne) et ma consommation atteignait 10 piqûres par jour ce qui correspondait à environ 300 euros. Un jour, alors que je me droguais, j’ai fait une overdose. J’étais en train de mourir. Les personnes présentent m’ont dit par la suite que je ne respirais plus et qu’apparemment mon cœur s’était arrêté de battre. Le couple dont la femme était une infirmière a appelé toute paniquée un chrétien qui habitait l’appartement de l’étage au-dessus. Il est venu et a simplement dit: “Gilles, au nom de Jésus-Christ, respire! “Instantanément, je me suis relevé, mais en même temps j’ai fait un œdème pulmonaire. Je vomissais du sang. J’ai été hospitalisé. Après l’examen médical, on a constaté que le poumon était déchiré.

Le pasteur de l’église a été appelé et le même jour, il est venu me visiter. Il a prié pour moi en m’imposant les mains au nom de Jésus. Le lendemain matin, lors d’une fibroscopie, le poumon qui était déchiré à l’examen précédent était complètement refermé et guéri ! Malgré ces miracles, j’ai repris ma vie à comportements destructeurs. Quelques temps plus tard, du fond de ma détresse, j’ai crié à Jésus et il m’a pleinement libéré, il a changé mon cœur. Je me suis repenti de la vie que je menais. A cet effet, je suis allé me rendre à la police pour payer ma dette à la société et être en règle avec Dieu. J’ai fait deux mois de prison. Entre temps le pasteur est allé voir le juge qui, touché par ma démarche et mon désir de marcher droit, a permis que je sois libéré au bout de deux mois alors que j’étais condamné à… 14 mois ferme et un an de sursis. L’amende exorbitante des douanes a été ramenée de 90000 euros à 3000 euros. Et puis, j’ai été gracié. Aujourd’hui cela fait 14 ans que je vis cette liberté: je ne suis jamais retourné dans mon péché, je n’ai plus fait de crises d’épilepsie et je n’ai plus eu de champignons dans les poumons. J’ai pardonné ceux qui m’ont abusé et ont détruit ma vie d’enfant. Maintenant j’ai la grâce de servir le Seigneur.

31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 17:46

Christian Gagnieux

CHRISTIAN GAGNIEUX

Une prière de guérison efficace !

J’ai grandi dans un cadre familial simple et heureux. De santé fragile, à 11 ans, je suis hospitalisé plusieurs mois pour une anémie très grave. C’est à ce moment que mes parents entendent parler de l’Evangile. Nous assistions à un culte dans une petite salle où le pasteur Jean Peterschmitt prêchait. A la fin de la réunion, le pasteur a prié pour moi. Rien de particulier ne s’est passé en apparence, mais très vite les médecins ont constaté une très nette amélioration de mon état de santé. Mes parents font vite la relation entre la prière et la guérison. En quelques semaines, je suis complètement rétabli. Pendant, trois ans nous fréquentons de manière assidue les réunions bibliques.

Une graine de champion
Peu de temps après, mon professeur de sport remarque mes aptitudes en épreuves d’endurance et juge utile d’en parler à mes parents. Mon père comprend vite ce qui se passe et s’empresse de m’acheter un vélo de compétition avec ses économies afin de développer mon talent. Dans sa jeunesse, mon père a fait du cyclisme et a côtoyé les meilleurs de sa génération. Il détient d’ailleurs un titre de champion du monde amateur. Nous commençons donc à nous entraîner ensemble. Quelle joie, le jour où je gagne la première course ! Très vite, je progresse et ma renommée sort du cadre régional. Nos déplacements sont de plus en plus nombreux et nous partons de plus en plus loin. Encouragés par mes résultats, mon père et l’un de mes frères reprennent une licence amateur.
Loin de Dieu mais en course vers la “gloire” ! 
Parallèlement à cela, notre foi en Dieu devient bien terne. Nous n’allons plus à l’église et n’avons plus de contact avec les chrétiens. Toute notre vie est axée sur le cyclisme. Je rêve de devenir coureur cycliste professionnel comme Eddy Merckx (mon idole !), et grâce aux sponsors et aux victoires remportées, je gagne déjà de l’argent en tant qu’amateur. Ma réussite dans le sport est tellement extraordinaire que mes résultats scolaires s’en ressentent, mais mes parents n’en font pas grand cas. Que Dieu te bénisse Christian !
Après cinq années à ce rythme, un dimanche matin tout bascule. Partant pour une course, je fixe les vélos sur notre voiture, quand un voisin me salue, sa bible sous le bras : “Que le Seigneur te bénisse Christian !”.
A ce moment-là, il se passe quelque chose d’étrange en moi : Je suis persuadé que s’il m’arrive quelque chose, j’irai droit en enfer. C’était une impression insupportable et une pensée obsédante. Alors, je m’assois dans la voiture et je discute avec Dieu. Je lui dis très sincèrement : “Si tu veux que j’arrête de faire du vélo, c’est toi qui dois le faire”. Ce jour-là, dans la région de Metz et après une dizaine de kilomètres de course, je chute lourdement. Mon vélo est en piteux état mais mon père s’empresse de m’en racheter un nouveau. “Un simple accident”, pensa-t-il ; mais moi je comprends que Dieu vient de répondre à ma prière. Le dimanche suivant, malade, j’abandonne la course pour la première fois ! J’étais toujours dans les 10 premiers ; moi, je courais pour gagner. Depuis l’interpellation de ce voisin, je suis incapable d’aller au bout des compétitions. Après quelques mois, je finis par avouer à mon père, très en colère, l’expérience que je venais de vivre. Sa déception est grande et notre relation si merveilleuse se détériore très vite.

Des chaînes du vélo à celles de Peugeot !
Plus tard, je deviens monteur de portes de voitures sur une chaîne chez Peugeot. C’est une période difficile pendant laquelle je me révolte souvent contre Dieu. Je n’aime pas mon travail. Pourtant, je retourne à l’église où Dieu m’a touché et guéri, elle a bien grandi ! Je me fais baptiser mais ma vie reste pleine de questions et de murmures contre Dieu. Souvent je l’ai menacé de reprendre mon vélo… Un jour, alors que je pleure au pied de mon lit, je comprends que le Seigneur est en train de me former. Sa présence est tellement forte à ce moment-là, que je lui fais cette promesse : “Seigneur, je ne sais pas ce que tu veux faire de ma vie, mais en attendant, je te promets que je serai le meilleur monteur de portes que Peugeot ait jamais connu.”

Une âme de gagnant
Je travaille alors pendant 15 ans sur les chaînes de montage, malgré quelques périodes de doute, je tiens bon. Par la suite, ma société me propose de suivre des cours… Après cette formation, je bénéficie d’une évolution de carrière peu commune et je suis nommé cadre dans l’entreprise. La bénédiction de Dieu m’accompagne dans mon travail et pendant huit années, je suis témoin de sa fidélité à mon égard : tout ce que j’entreprends réussit et bien vite, mon salaire devient aussi confortable.

D’étape en étape, apprendre à lui dire OUI
Un jour, mon pasteur me demande si je suis prêt à quitter mon travail pour servir le Seigneur à plein temps dans l’église. D’un commun accord avec mon épouse, je refuse, sachant pertinemment que je désobéis à Dieu. Alors bien vite, la joie, la ferveur et la paix qui étaient miennes s’envolèrent et firent place aux combats et aux luttes intérieures. J’ai résisté mais j’ai aussi fini par abdiquer et après un mois j’ai dit “OUI”. Cela fait maintenant dix ans que je suis pasteur à Mulhouse.
Aujourd’hui je ne regrette aucun des choix que j’ai faits, je suis un homme heureux et comblé.

 

 

22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 23:07

B146-Comment je suis venu à enseigner la marche par l’esprit.

http://bloghvm.wordpress.com/2011/01/26/comment-je-suis-venu-a-enseigner-la-marche-par-lesprit/

Article de Henri Viaud-Murat.

Il ne s’agit pas réellement d’un témoignage personnel complet. Je veux simplement expliquer ici par quelles étapes je suis passé pour en arriver à enseigner la marche par l’esprit. Cela pourrait au moins éviter à quelques-uns de s’engager dans certains méandres par lesquels je suis passé!

Quand je me suis converti, en 1973, j’enseignais la Psycho-Sociologie à l’Université. Je faisais aussi des recherches sur les ondes cérébrales, et les différents états de conscience associés à ces ondes. Mon but, à l’époque, était de rechercher comment je pouvais améliorer les conditions d’apprentissage des étudiants.

C’est alors qu’un collègue enseignant de la Faculté eut l’occasion de me témoigner de Christ, dans des circonstances dramatiques que nous venions de traverser: la mort accidentelle, à l’âge de cinq ans, de notre fille.

Je finis par me rendre, assez réticent au début, à une réunion dans l’église de ce collègue, plutôt par curiosité, pour entendre parler un pasteur qui était passé par une expérience assez peu banale.

Il était en effet passé par la mort, à la suite d’une gangrène généralisée des membres inférieurs, il avait visité le Ciel, avait rencontré le Seigneur Jésus, et avait aussi entendu dans l’au-delà les cris des âmes perdues, qui le suppliaient de revenir sur la terre pour proclamer qu’il y avait bien un jugement après la mort (Luc 16: 19-29).

Pendant tout ce temps, sur la terre, un médecin l’avait déclaré mort depuis trois heures. Mais, par la puissance de Dieu, son esprit revint dans son corps, et il ressuscita. Trois jours plus tard, le Seigneur le guérit surnaturellement de sa gangrène.

Tout ce qui touchait à la guérison m’intéressait hautement. Car un médecin m’avait diagnostiqué une maladie incurable, dont je voulais absolument être guéri.

Avant ma conversion, j’avais même consulté quelques voyantes et guérisseurs, mais sans aucun succès.

En écoutant la prédication de ce pasteur, ce qui me toucha le plus profondément ne fut pas son témoignage, pourtant extraordinaire. Mais ce fut le message de l’Evangile, prêché dans la puissance de l’Esprit, qui me donna la conviction que je devais me convertir au Seigneur Jésus.

Après ma conversion, un nouvel espoir de guérison a également commencé à se lever dans mon coeur.

On m’avait donné un livret qui racontait les croisades de l’évangéliste T.L. Osborn, et j’étais abasourdi par le récit des guérisons et des grands miracles qui s’y produisaient. J’étais bien loin de m’imaginer que de telles choses puissent encore exister aujourd’hui!

Je préfère vous dire que je me suis assidûment présenté, dans mon église pentecôtiste, à toutes les "onctions d’huile" et "impositions des mains" qui étaient régulièrement proposées!

Mais je n’étais jamais guéri! Bien au contraire, les symptômes continuaient à se développer sournoisement. Que de successions éprouvantes d’espoirs et de déceptions! Combien je comprends ceux qui ont vécu cela!

Parfois, de "grands ministères" passaient dans notre église, et ils nous racontaient tous les miracles qu’ils avaient vus en Afrique ou ailleurs. Mais chez nous, en comparaison, il ne se passait pas grand-chose, ou presque rien!

J’ai donc décidé de faire une sérieuse étude personnelle de ce problème, dans la Parole de Dieu. Que d’heures j’ai pu passer à la méditer, ainsi qu’à lire les livres édifiants de Smith Wigglesworth, de Bosworth ou de John Lake!

Finalement, quand j’ai fini par être convaincu de la vérité de la guérison divine, et du fait que le Seigneur Jésus S’était réellement chargé de nos maladies à la croix, je remis mon problème entre les mains du Seigneur, et je ne m’en occupai plus.

Après quand même quelques années de hauts et de bas, la guérison finit par s’installer et se manifester. Je repris même quinze kilos en autant d’années!

Cette expérience avait fortifié ma foi en la guérison. Mais, en même temps, la chair a utilisé cette expérience pour m’enfermer dans une attitude plutôt légaliste. Je ne le montrais pas, mais il m’arrivait souvent de juger ceux qui avaient recours à la médecine et aux médecins, persuadé qu’ils faisaient preuve d’incrédulité.

Par la suite, le Seigneur m’a montré mon erreur et mon orgueil. Il m’a donné la conviction que je devais me contenter de prêcher la Parole de Dieu, afin de développer la foi de mes auditeurs, tout en continuant à développer ma propre foi, afin d’en faire profiter ceux qui pouvaient en manquer, et qui, en attendant une guérison divine, avaient encore besoin d’être secourus par les moyens que la science des hommes pouvait leur proposer. Certes, il s’agissait bien d’une foi insuffisante, mais je ne devais pas les juger.

J’ai ainsi été témoin de beaucoup de miracles et de guérisons. Mais je n’étais jamais satisfait. Et, encore aujourd’hui, je ne le suis toujours pas. Devant la puissance et la grandeur du ministère de guérison du Seigneur Jésus et des premiers disciples, dans les Evangiles et dans le Livre des Actes, je me dis que je suis encore bien loin de manifester ce que le Seigneur Jésus nous a promis dans Jean 14: 12:

"En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père."

Tout au début de ma conversion, j’avais aussi été mis en contact avec de puissantes manifestations de délivrance de démons. Pour moi qui étais dans la Psychologie, ce fut une révélation particulièrement bouleversante.

Au cours d’un camp chrétien d’été, par exemple, nous avions eu l’occasion, dans un petit groupe, de vivre l’extraordinaire délivrance d’une jeune étudiante, en proie à des problèmes psychiatriques graves, et qui avait été condamnée à passer sa vie en asile psychiatrique par les médecins, incapables de la guérir.

Nous avons passé trois jours à jeûner et à prier ensemble pour elle, dirigés par un pasteur anglais rempli d’amour et de sagesse.

Au bout de trois jours, où il s’était passé beaucoup de choses carrément fantastiques pour le jeune converti que j’étais, nous avons assisté en direct à la complète délivrance de cette jeune fille.

Elle vit une grande lumière descendre du ciel sur elle, et sortir d’elle une foule grouillante d’animaux divers: insectes, grenouilles, etc… Puis elle retrouva un complet équilibre mental et physique, reprit ses études et une vie entièrement normale.

J’eus amplement l’occasion, dans cette circonstance, de constater la totale impuissance de la Psychologie et de la Psychiatrie, et la toute-puissance du Seigneur Jésus! J’ai perdu alors tout intérêt pour l’enseignement d’une matière qui, je l’avais bien constaté, était incapable de résoudre les problèmes fondamentaux des hommes, même si elle pouvait leur apporter quelques soulagements, et même si elle pouvait correctement observer des faits indiscutables.

Ayant découvert la puissance du Seigneur Jésus pour sauver, guérir et délivrer, j’étais convaincu que c’était cela qu’il fallait au monde et à l’Eglise, et que cela nous suffisait!

J’ai donc commencé à prier avec ardeur pour les malades ou ceux qui avaient besoin de délivrance, avec, je dois le dire, un certain succès. J’étais même persuadé qu’en offrant à ce monde malade et pécheur la guérison et la délivrance des démons, au Nom de Jésus, l’Eglise détenait la clef de tous les problèmes humains, une fois acquis le salut par la foi en Jésus-Christ, bien entendu.

Pendant les premières années de ma conversion, ma vision spirituelle s’est donc limitée à l’horizon suivant: il me fallait prêcher l’Evangile de Jésus-Christ, pour que des âmes soient sauvées, des malades soient guéris, des démons soient chassés, et pour annoncer le retour proche de Jésus-Christ!

Il nous fallait détruire, au nom puissant de Jésus, toutes ces oeuvres de Satan, représentées par le péché, la maladie, la possession démoniaque, et la mort!

Il est vrai que tout cela fait bien partie de l’Evangile de Jésus-Christ, et que nous avons toujours besoin de voir toutes ces choses se manifester dans l’Eglise du Seigneur!

Mais mon erreur, à cette époque, était de croire que cela nous permettrait de régler tous nos problèmes. Je pensais qu’il nous suffisait d’annoncer l’Evangile avec puissance, de voir des conversions, des guérisons, des délivrances et des miracles, et que Jésus ferait le reste!

J’avais été directement confronté à la réalité concrète de Satan, et à la toute-puissance du Seigneur Jésus. Mais j’étais attristé de voir que beaucoup de Chrétiens n’avaient aucune conscience de la réalité du malin, ni du combat spirituel qu’il nous fallait mener, et que l’ennemi profitait de cette ignorance.

En 1987, je finis, enfin, par démissionner de mon travail, pour aller annoncer l’Evangile par la foi, sans aucun soutien humain. Là encore, je ne peux raconter dans le cadre de ce court article le nombre de miracles accomplis par le Seigneur pour pourvoir à tous nos besoins, et à ceux de notre famille de cinq enfants, sans jamais faire aucun appel d’argent! D’une manière ou d’une autre, le Seigneur, dans Sa fidélité, a toujours pourvu.

C’est à peu près à cette date que je fus mis en contact avec le témoignage de Rebecca Brown et de son premier livre, "Il est venu libérer les captifs". J’eus l’occasion de traduire ce livre sur une série de cassettes, qui circulèrent un peu partout, avant la parution du livre.

Ce témoignage représenta pour moi une nouvelle révolution, et me fit prendre conscience de deux problèmes qui me semblaient essentiels: d’une part, la réalité tout-à-fait concrète de l’existence et de l’intervention de Satan dans les affaires du monde aujourd’hui, et, d’autre part, la facilité avec laquelle les églises chrétiennes pouvaient être infiltrées par Satan et ses serviteurs.

J’étais donc convaincu qu’il fallait mettre ces informations entre les mains de tous ceux qui voudraient bien ouvrir les yeux, notamment entre les mains des conducteurs spirituels, en espérant que cela pourrait convaincre les enfants de Dieu qu’il n’y avait pas de salut en dehors d’une vie pleinement consacrée au Seigneur Jésus, dans l’obéissance et la sanctification.

Encore aujourd’hui, je ne regrette pas avoir été à l’origine de l’édition en France des livres de Rebecca Brown, sans être toujours entièrement d’accord avec tout ce qu’elle écrivait. Mais nous avons pu constater que ces témoignages ont contribué à ouvrir les yeux de beaucoup de Chrétiens, et ont été à l’origine de beaucoup de nouvelles consécrations à Christ.

Je ne vous raconterai pas ici tous les combats qui ont été les nôtres quand ce livre a été publié en français! Je ne pensais pas qu’il puisse y avoir, au sein même de l’Eglise de Jésus-Christ, autant de manifestations de pure haine, envers quelqu’un qui désirait simplement mettre ce témoignage à la portée des enfants de Dieu!

Nous ne l’avions absolument pas recherché, mais le Seigneur a permis, pendant ces quelques années, que nous soyons en relation avec un certain nombre de satanistes convertis, qui ont pu nous faire part de leurs témoignages, que nous avons pu éditer par la suite.

La plupart de ces victimes de Satan avaient beaucoup souffert de l’incompréhension qu’ils avaient rencontrée de la part de Chrétiens, qui étaient incapables d’imaginer et de croire les horreurs qu’ils avaient vécues, et qui avaient donc été tout aussi incapables de pouvoir les aider, au moment où ils en avaient eu le plus besoin.

Même si le Seigneur est là, avec Sa compassion infinie, on n’échappe pas aussi facilement des griffes du malin, quand on s’est engagé si loin avec lui! Mais le Seigneur est capable de libérer ceux qui sont descendus dans les ténèbres les plus profondes!

Il est clair que tout le monde n’est pas appelé, au sein de l’Eglise de Jésus-Christ, à témoigner auprès de satanistes, ni à s’occuper d’anciens satanistes convertis. Et il n’est même pas nécessaire que tous les Chrétiens soient au courant de bien des détails de ce monde de ténèbres. Mais je continue à penser que tous les anciens et responsables de l’Eglise devraient en avoir connaissance.

Je sais aussi que les traductions en Français des livres de Rebecca Brown ont conduit à la conversion un certain nombre de satanistes en France.

C’est à la suite de l’une de ces conversions que nous avons dû personnellement aider, au début de sa vie chrétienne, une chère Soeur que Jésus-Christ avait arrachée aux griffes du malin. Nous avons eu l’occasion de vivre alors personnellement beaucoup d’expériences que Rebecca Brown avait elle-même racontées dans ses ouvrages.

Si nous devions mettre par écrit ces expériences, ce que le Seigneur ne nous a pas convaincus de faire pour le moment, nous pourrions produire un livre de bonne taille!

C’est alors que j’ai compris à quel point cette phrase de la Bible était littéralement vraie:

"Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin" (1 Jean 5: 18-19).

Le monde entier est bien sous la puissance du malin! Mais combien de Chrétiens le savent réellement? Et combien savent aussi que celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et que le malin ne le touche pas?

La chose qui m’attristait le plus à cette époque, qui remonte à présent à près de vingt ans, c’était de voir avec quelle facilité Satan et ses serviteurs pouvaient s’infiltrer dans les églises et les organisations chrétiennes, et jusqu’au coeur d’Ecoles et d’Instituts Bibliques, pour y commettre leurs méfaits!

Jésus a dit:

"Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés. Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance" (Jean 10: 8-10).

Si le Bon Berger veille sur Ses brebis, pourquoi donc le voleur parvenait-il à s’introduire au milieu d’elles? Parce qu’elles n’ont pas cherché à rester le plus près possible de leur Berger! Elles se sont égarées bien loin de Lui!

L’apôtre Paul avait bien prévenu les anciens d’Ephèse:

"C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Eglise du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous" (Actes 20: 26-31).

J’étais donc convaincu que la responsabilité des anciens et des conducteurs était grande, parce que c’était bien à eux que le Seigneur confiait en priorité la responsabilité de veiller sur Son troupeau.

Pourquoi l’ennemi pouvait-il s’infiltrer dans les églises avec une telle facilité? Uniquement en raison de la désobéissance des enfants de Dieu! Uniquement parce qu’ils négligeaient de régler à fond le problème du péché dans leur vie! Uniquement parce qu’ils ne voulaient pas se sanctifier, ou qu’ils ne parvenaient pas à vaincre la puissance du péché! Uniquement parce qu’ils ne savaient pas marcher par l’esprit!

L’un de ces satanistes disait dans son témoignage: "Je pouvais participer à toutes les réunions de "mon église" sans problème majeur, je pouvais chanter avec les autres des cantiques qui invoquaient le nom de Jésus et le sang de Jésus. Si je pouvais le faire, c’est que l’onction du Saint-Esprit dans cette église n’était pas assez puissante pour m’en empêcher. Par mon discernement satanique, je pouvais "voir" que les trois quarts des "Chrétiens" présents vivaient dans le péché!"

Rebecca Brown, que nous avons personnellement connue, a pu nous raconter en privé certaines choses qu’elle n’avait pas publiées. Elle nous a dit, en particulier, qu’une sataniste, qui avait reçu de Satan l’ordre d’infiltrer une nouvelle église, pour la détruire, comme des dizaines d’autres auparavant, n’avait même pas pu s’approcher de la porte d’entrée de cette église, tellement l’onction de l’Esprit y était forte!

Quand elle est finalement parvenue à s’y glisser, avec beaucoup de peine, le Seigneur a rapidement montré aux anciens qui était réellement cette femme. Ils lui ont interdit d’exercer les "dons spirituels", l’autorisant simplement à venir écouter la Parole de Dieu. Après avoir prié et jeûné pendant un an pour cette personne, ils ont eu finalement la joie de la voir se convertir!

Mais que se serait-il passé, si la présence de Dieu n’avait pas été réelle dans cette assemblée, et si les anciens n’avaient pas eu le discernement nécessaire? Cette église aurait été détruite, comme les autres!

J’ai aussi retenu de cette période de notre vie que nous devions nous abstenir de juger trop vite le comportement de personnes dont le lourd passé a été la cause de profondes souffrances et d’une culpabilité tenace, et que nous avons besoin de tout l’amour, de toute la compassion, et de toute la patience du Seigneur pour commencer simplement à pouvoir les aider.

Lorsque j’étais en charge du site Parole de Vie, à présent fermé, j’avais mis en ligne la plupart de ces témoignages, ainsi que d’autres ouvrages d’édification, tout au moins ceux qui étaient libres de droits, car nous les mettions gratuitement à la disposition de tous.

Par la suite, quelqu’un m’avait écrit pour me signaler que le témoignage de l’un de ces sorciers convertis était faux et inventé. Ne pouvant pas en avoir la confirmation directe, notamment auprès de l’intéressé, je me suis contenté, dans le doute, de retirer de mon site ce témoignage.

Pendant toutes ces années, j’ai aussi continué à enseigner la Parole de Dieu dans les églises ou les groupes de maisons auxquels nous avons successivement appartenu, que ce soient des églises charismatiques ou non charismatiques, ou encore des groupes de maison indépendants.

Ce sont ces messages qui constituent la plupart des enseignements qui ont ensuite été diffusés par notre frère Claude Chaine, sur son site Source de Vie.

Si vous consultez la liste de ces messages, vous pourrez aisément constater que j’y parle très peu de démons et de délivrance. A cause des témoignages que j’avais publiés, j’avais hérité, dans certains milieux, d’une très mauvaise réputation de "chasseur de démons" ou "d’obsédé de la délivrance"! Mais ils sont restés fixés sur une réalité déjà vieille de vingt ans.

Ceux qui me connaissent bien savent ce qui me motive actuellement!

En effet, si je reprends l’histoire de ma progression spirituelle, mon attention commençait à être sérieusement attirée par certains paradoxes, et aussi par certains problèmes persistants que, manifestement, la délivrance ne permettait pas de régler à fond.

Le premier paradoxe qui a attiré mon attention, c’est que la puissance d’un ministère, accompagné de guérisons, de signes et de prodiges réels, n’était pas toujours associée à une vie sanctifiée de la part de celui qui manifestait cette puissance.

En d’autres termes, des hommes charnels, et même très charnels, pouvaient très bien exercer la puissance de l’Esprit, sous la forme de guérisons et de miracles, tandis que d’autres hommes, beaucoup plus spirituels, ne manifestaient pas une telle puissance. Il n’y avait donc pas de relation directe évidente entre d’une part le degré de sanctification d’un Chrétien et, d’autre part, la puissance des dons spirituels manifestés dans la vie de ce Chrétien.

Cela pouvait donc entraîner une conséquence importante. Si des guérisons, des miracles et des signes surnaturels pouvaient se manifester au milieu d’une église non sanctifiée, ou dans la vie d’un Chrétien non sanctifié, cela signifiait aussi que des satanistes pouvaient très bien s’infiltrer dans des églises réputées "réveillées" et "puissantes", sans être perturbés par les signes et les miracles véritables, pourtant accomplis au nom de Jésus. Car ce qui les perturbe réellement, c’est la sainteté pratique, et le fruit de l’Esprit manifesté dans une assemblée de croyants!

Je pensais à ces phrases du Seigneur Jésus, que nous ne devrions pourtant jamais oublier:

"Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité" (Matthieu 7: 15-23).

Le Seigneur dit là que quelqu’un qui commet l’iniquité, et qu’Il n’a même jamais connu, peut très bien accomplir en Son nom de véritables miracles et prodiges! En effet, cela signifie simplement que c’est le Seigneur qui confirme Sa Parole dans la vie de ceux qui la reçoivent avec foi! Mais cela ne signifie pas que ceux qui annoncent cette Parole soit tous sanctifiés, ou qu’ils soient même des enfants de Dieu!

Le Seigneur nous montre aussi de quelle manière nous reconnaîtrons les faux prophètes, les loups ravisseurs, et les hommes pervers qui s’introduiront au milieu des anciens de Son peuple: nous les reconnaîtrons uniquement par leurs fruits!

Trop de Chrétiens naïfs et crédules se laissent séduire par des signes et des prodiges, des prophéties, des paroles de connaissance ou des dons spirituels qui ne sont pas nécessairement faux, mais qui peuvent nous empêcher de comprendre que le véritable problème, pour le Seigneur, est de nous voir porter le fruit de Son Esprit!

En outre, comme ces vrais dons spirituels peuvent être manifestés par des hommes pervers ou charnels, ceux-ci peuvent se servir de ces dons pour exploiter ou manipuler des brebis du Seigneur facilement impressionnées.

C’est donc le fruit de l’Esprit qui caractérise les véritables enfants de Dieu! C’est le fruit de l’Esprit dans notre vie que nous devons rechercher en priorité!

"Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit" (Galates 5: 22-25).

Je commençai donc à insister sur la nécessité de produire ce fruit de l’Esprit dans notre vie. Mais là, je me heurtai à une nouvelle difficulté: il ne suffisait pas de dire aux Chrétiens: "Produisez donc le fruit de l’Esprit!" pour qu’ils parviennent à le produire!

Beaucoup essayaient sincèrement, et même moi-même, mais je devais constater qu’il nous était impossible de parvenir à cette perfection pratique que le Seigneur nous ordonnait d’atteindre!

"Soyez donc parfaits, comme votre Père Céleste est parfait" (Matthieu 5: 48).

Mon attention fut donc de plus en plus attirée par la croix et la marche par l’esprit. Il y avait là un message dont je n’avais pas compris de nombreux aspects, et qu’il me fallait approfondir.

Un autre problème attirait mon attention. Concernant la pratique de la délivrance, je me rendais bien compte que ces délivrances étaient assez souvent épuisantes, longues, et qu’elles ne semblaient jamais terminées.

Il est relativement facile de passer dans une assemblée et de faire rapidement quelques délivrances spectaculaires. Mais c’est autre chose quand on doit s’occuper, sur une base quotidienne, de frères et soeurs de notre assemblée, qui semblent "traîner" des problèmes spirituels qui n’en finissent plus!

J’aurais bien aimé pouvoir leur chasser rapidement quelques démons, et les voir démarrer dans une nouvelle vie spirituelle rayonnante! Mais c’était loin d’être toujours le cas!

Beaucoup de frères et soeurs, et moi avec, avaient parfois aussi beaucoup de mal à faire la différence entre ce qui pouvait être d’origine démoniaque, et ce qui était d’origine charnelle.

Certains avaient aussi tendance à se "déresponsabiliser" par rapport au péché, en mettant sur le dos des démons leurs chutes et leurs problèmes. Ils auraient bien aimé qu’on leur chasse ce "petit (ou gros) démon de colère ou d’impatience" qui les faisait constamment tomber! En attendant, ce n’étaient pas eux qui étaient les vrais responsables, c’étaient les démons!

D’autres encore, je le voyais bien, avaient tendance à devenir trop dépendants de moi, et auraient bien aimé faire de moi leur "délivreur officiel attitré", le "spécialiste" qu’on venait consulter de temps en temps, comme on vient consulter son pneumologue ou son neurologue!

Bref, j’étais de plus en plus insatisfait de la manière dont je voyais la délivrance pratiquée, et de la manière dont je la pratiquais. La délivrance était manifestement incapable de produire cette parfaite sanctification à laquelle nous aspirions. Et notre seul désir ardent de nous sanctifier ne suffisait pas non plus. Nous poursuivions un objectif qu’il nous semblait impossible d’atteindre!

Il y avait surtout une chose qui me causait le plus grave problème. Je voyais bien le Seigneur Jésus et les disciples opérer de très nombreuses délivrances de démons, mais ceux qui étaient délivrés étaient tous des Juifs ou des païens. Je ne parvenais pas à trouver, dans tout le Nouveau Testament, un seul exemple clair de Chrétien né de nouveau, et donc baptisé d’eau et d’Esprit, passant par une délivrance de démons.

Je dois avouer que j’aurais bien aimé pouvoir trouver au moins un tel exemple, mais en vain. Croyez-moi, cela fait réfléchir, quand on veut sincèrement connaître la vérité!

Je voyais bien qu’il y avait, dans la délivrance des Chrétiens qui était pratiquée, des manifestations effectivement démoniaques, et des délivrances apparentes réelles. Certains pouvaient témoigner, au moins pendant un temps, qu’ils avaient été effectivement délivrés, soulagés, libérés, après une "séance de délivrance".

Mais je me trouvais, presque en permanence, comme devant un travail jamais achevé, toujours en chantier et, surtout, devant une impossibilité de fonder la délivrance des Chrétiens sur une base scripturaire incontestable.

Le verset qui se rapprochait le plus de ceux que je recherchais était le verset suivant, où Paul s’adresse aux Corinthiens, et leur dit:

"Oh! si vous pouviez supporter de ma part un peu de folie! Mais vous, me supportez! Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure. Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Evangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien" (2 Cor. 11: 1-4).

"Si vous recevez au autre Esprit que celui que vous avez reçu, vous le supportez fort bien!"

Cela nous montre qu’un Chrétien peut donc recevoir un autre esprit que celui qu’Il a reçu au commencement, c’est-à-dire un autre esprit que le Saint-Esprit!

Mais j’aurais aimé que Paul leur dise ensuite: "C’est pourquoi, bien-aimés, que ceux qui veulent être délivrés de cet "autre esprit" s’approchent, et nous allons les délivrer au nom de Jésus!"

J’avais beau chercher dans tout le Nouveau Testament, aucune invitation semblable n’avait jamais été adressée à aucun Chrétien!

A partir de là, comme je l’avais fait pour la guérison des maladies, j’ai été convaincu qu’il fallait que je recherche dans la Parole de Dieu quel était le vrai moyen de délivrance que la Bible proposait aux Chrétiens.

Certains ouvrages ont commencé à m’aider, en me faisant mieux comprendre l’oeuvre de la croix, notamment des ouvrages de Jessie Penn-Lewis et de Watchman Nee. Mais je restais encore insatisfait.

J’ai fini par bien comprendre le rôle de la croix pour mettre à mort, en Christ et avec Christ, toute notre vie passée de péché, ainsi que notre ancienne nature de péché. Mais il manquait encore une clef, quelque chose que je ne parvenais pas à définir et à saisir.

Lisant par exemple "L’homme spirituel" de Watchman Nee, j’étais impressionné par ce monument de révélation spirituelle, mais les choses me paraissaient encore bien compliquées, et bien peu faciles à mettre en pratique dans ma vie de tous les jours.

Je dois avouer que ce sont finalement les épîtres de Paul qui m’ont pleinement ouvert l’intelligence spirituelle, et notamment cette magnifique épître aux Ephésiens.

Un jour, ce passage fameux m’a littéralement "sauté aux yeux", alors que je l’avais lu bien souvent auparavant:

"Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur coeur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité. Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité" (Ephésiens 4: 17-24).

D’autres passages, comme Romains 6, 7 et 8, Colossiens 2 et 3, Galates 4 et 5, Philippiens 3 et Hébreux 10 en particulier, ont puissamment contribué à rendre le tableau de plus en plus clair dans ma compréhension spirituelle. Et d’ailleurs, cela continue toujours à s’éclairer en moi!

J’ai compris alors, de plus en plus nettement, que j’étais, dans mon esprit régénéré, un "homme nouveau", entièrement recréé à neuf! J’ai compris que mon esprit était un véritable "homme intérieur" complet, et que cet "homme intérieur" était la seule partie de mon être, composé d’un esprit, d’une âme, et d’un corps physique, qui était passé par une nouvelle naissance.

J’ai compris que mon esprit était le "double intérieur spirituel" de mon corps physique extérieur. J’ai compris que cet esprit est un "homme" complet, capable de penser, d’avoir des sentiments, une volonté, etc…

C’est cet esprit que Dieu a créé parfait et saint à notre nouvelle naissance! C’est cet esprit qui retourne à Dieu à la mort physique du Chrétien, et qui revient reprendre possession d’un corps physique glorifié à la résurrection!

C’était là la clef qui me manquait!

La Psychologie m’a aidé aussi à comprendre que mon âme n’était que mon être psychique intérieur conscient, le simple siège de la conscience de soi et du monde. Mais c’est la Bible qui m’a fait comprendre que ce n’était pas mon âme qui était le siège, la source, l’origine, des pensées, des sentiments et des volontés qui se manifestaient à ma conscience, au niveau de mon âme.

Le Seigneur me fit donc comprendre que ces pensées, ces sentiments et ces volontés qui se manifestaient en moi, dans mon être conscient, pouvaient provenir soit de mon "homme intérieur", de mon esprit régénéré pur et saint, soit d’une autre source ténébreuse, qui continuait à habiter dans mes membres, et qui essayait de me faire croire qu’elle était toujours mon vrai "moi". C’est cette source ténébreuse que la Bible appelle "la chair".

Finalement, une magnifique vérité a fini par s’imposer à moi, dans toute sa splendeur! Ce que le Seigneur voulait, c’est que je comprenne que tout avait été accompli par Christ à la croix, et que c’est là que nous avions obtenu, comme un cadeau de la grâce de Dieu manifestée en Christ, une pleine victoire sur la chair, Satan, les démons, et le monde! Mais, si la croix a été pleinement efficace en tant qu’instrument de mise à mort de tout notre passé de péché, c’est la résurrection de Jésus qui nous a introduits dans Sa Vie nouvelle!

A mesure que je comprenais la complète signification de la mort et de la résurrection du Seigneur Jésus, et que je réalisais que j’étais identifié à Lui dans Sa mort et Sa résurrection, je pouvais commencer à comprendre ce que signifiait "marcher par l’esprit"!

"Marcher par l’esprit" devenait vraiment simple, puisqu’il nous suffisait de connaître toutes ces vérités, de les croire, et de "nous y installer", pour libérer en nous la puissance du Saint-Esprit. C’est par la foi que le Saint-Esprit nous introduit dans cette vie de résurrection!

"Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira" (Jean 8: 31-32).

Voilà la véritable délivrance des Chrétiens: vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous affranchira!

Car c’est cela que le Seigneur veut nous faire comprendre: comment marcher par l’esprit, comment marcher comme Jésus a marché sur cette terre, comment marcher dans une pleine victoire sur le péché et la chair, afin de pouvoir produire le bon fruit de l’Esprit qui glorifie le Seigneur!

C’est la production de ce fruit qui nous permet de marcher dans la Lumière de Dieu, et de repérer aussitôt le prince des ténèbres, quand il essaye de se manifester!

Plus j’avance dans la compréhension de l’oeuvre magnifique de Christ, et plus je réalise à quel point les choses deviennent de plus en plus simples! C’était mon ignorance et mon incompréhension de la Vérité qui les rendaient compliquées!

A présent, je peux dire que j’ai fini par comprendre que la marche par l’esprit se résume à ces trois simples vérités, que je n’arrête pas d’expliquer et d’approfondir partout où j’en ai l’occasion:

  • Avant notre nouvelle naissance, notre esprit, c’est-à-dire notre "homme intérieur", notre "homme spirituel", était mort dans le péché, coupé de Dieu. Par la repentance et la foi en Jésus, nous obtenons non seulement le pardon de nos péchés, mais nous passons par une nouvelle naissance: notre "vieil homme", c’est-à-dire notre esprit tel qu’il était avant notre conversion, est recréé à neuf à l’image de Jésus, et devient un "homme nouveau", saint, pur et parfait, véritable "justice de Dieu en Christ". Voilà ce que nous sommes, dans notre vraie nature de Chrétien régénéré!
  • Mais il y a une puissance, ou une "loi de péché et de mort", qui reste fixée à notre corps physique. Paul appelle cette loi de péché et de mort "la chair", parce qu’elle est fixée au niveau de notre chair physique. Cette "chair" de péché a les mêmes caractéristiques que "feu" notre vieil homme. Car ce "vieil homme" est bien mort, il ne peut plus se manifester. Il a simplement laissé ses traces et ses influences en nous, et nous devons nous en dépouiller. Mais c’est notre ignorance qui permet à la chair de nous tromper, et de nous faire croire que le "vieil homme" n’est pas mort!
  • Nous devons nous "installer par la foi" dans notre nouvelle nature spirituelle, qui est "assise dans les lieux célestes en Christ". Nous devons apprendre à nous découvrir et à nous connaître tels que nous sommes maintenant en Christ. Nous devons complètement "oublier" ce que nous étions auparavant! Nous devons savoir, et ne jamais oublier, que Dieu nous a rendus capables, dans notre nouvelle nature, d’échapper complètement au contrôle de la chair et du péché. Parce que, entre la chair et notre nouvelle nature, se dresse la croix de Christ! La mort et la résurrection de Jésus sont aussi notre mort et notre résurrection! En Christ, nous avons échappé définitivement à la tyrannie de Satan, du péché et de la chair, et nous avons été transportés dans le Royaume du Fils de l’Amour de Dieu!

Voilà, bien-aimés, les simples vérités incontestables, qui forment le coeur de l’Evangile de Christ, qui nous libèrent, et à partir desquelles nous pouvons assembler tout le "puzzle" de la révélation divine!

Je ne prétends nullement être le seul à avoir reçu cette révélation! Mais je peux témoigner que ce ne sont pas des hommes qui m’ont donné cette révélation. Je l’ai reçue directement du Seigneur, uniquement en étudiant Sa Parole! Et, comme Dieu ne fait pas de préférences, n’importe quel Chrétien est donc capable de recevoir aussi cette même révélation, par le Saint-Esprit et par la Parole de Dieu!

Peut-être, si l’on m’avait enseigné ces simples vérités dès le premier jour de ma conversion à Christ, aurais-je pu éviter bien des méandres inutiles dans ma progression spirituelle ultérieure. Mais je n’en suis même pas certain.

Car, d’un autre côté, je me demande, même si l’on m’avait correctement enseigné ces vérités dès le début, si j’aurais eu à l’époque des oreilles pour entendre! Peut-être donc que mes errements passés m’ont été nécessaires, pour briser en moi ce qui devait être brisé, et pour m’enlever toute illusion et toute fausse certitude, à force de me cogner au fond de mes impasses?

C’est pourquoi, j’en tire personnellement la conclusion que, si nous voulons correctement évaluer la situation spirituelle d’un Chrétien, quel qu’il soit, nous devons examiner cette situation spirituelle dans sa progression dans le temps.

Ce qui compte, ce n’est pas tant la situation d’un Chrétien à un moment donné, mais c’est de savoir quelle a été son évolution spirituelle, et dans quel sens s’est effectuée cette évolution.

Ce qui compte surtout, c’est donc la fin, et non le commencement de notre vie spirituelle!

"Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu; considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi" (Hébreux 13: 7).

Je dois ajouter que je n’ai nullement écarté la délivrance de l’arsenal de nos armes spirituelles. Mais je ne chasse à présent les démons que s’ils se manifestent ouvertement devant moi. Il me semble d’ailleurs que le Seigneur Jésus agissait aussi de la même manière. Il ne proposait jamais de Lui-même aux gens de les délivrer des démons qu’Il devait clairement discerner dans leur vie. Mais Il les délivrait quand ces démons se manifestaient devant Lui. Quant au reste, Il les appelait à la repentance et à la foi en Dieu et en Sa Parole.

Je sais que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre de Christ, et sur Christ, sur Sa Personne et sur Son oeuvre. Le Seigneur est tellement grand! Mais je sais actuellement une chose: le Seigneurveut Se révéler à nous tel qu’Il est! Si nous voulons Le connaître tel qu’Il est, Il Se fera une joie de Se révéler, et Il nous fera, dans Sa grâce, la joie de Le connaître de plus en plus tel qu’Il est, et d’entrer de plus en plus dans son intimité!

"Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit: Père, l’heure est venue! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie,selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ" (Jean 17: 1-3).

Que le Seigneur vous permette, et nous permette, nous tous qui sommes Ses enfants, de Le connaître tel qu’Il est, et de Le manifester tel qu’Il est dans notre vie!

Share this:
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 10:10

Présentation

  • : Le blog de melody
  • Le blog de melody
  • : blog chrétien
  • Contact

GEOLOCALISATION

Recherche

TOP CHRETIEN


Ce site est référencé sur le
Top Chrétien Francophone


 


TOP

Top Elite - The Most Popular (Yet Clean!) Sites on the Web

 Cliquer ci-dessus pour voter pour le blog

Le top sites country gospel chrétien au Québec

Le top sites country gospel chrétien au Québec






Annuaire Chrétien Francophone

Texte Libre



Jésus est mort sur la croix pour tes péchés,
pour t'ouvrir la porte du ciel.
Pêcheur perdu viens à Jésus sans tarder.

Texte Libre


Texte Libre

Locations of visitors to this page